Ousmane Ly

eHNA Profile

  • Conférence internationale sur la télésanté et la télémédecine au Maroc

    Casablanca, la case blanche poumon économique du Maroc moderne, est célèbre pour beaucoup de choses, y compris la diversité architecturale des bâtiments (célèbre mosquée Hassan II), de l'art déco à la modernité traditionnelle. Cette semaine, c'est l'architecture numérique de la santé qui est à l’honneur. C'est là qu’à lieu la 22ème conférence internationale sur la télémédecine et la télésanté, qui débute aujourd'hui avec un vaste programme technique. Je suis heureux d'être présent, avec Dr Sean Broomhead, Président d'Acfee, et de nombreux collègues et amis de toute l'Afrique.

    Les objectifs de la conférence sont de présenter des expériences pratiques et des résultats de recherche dans le domaine des solutions de télémédecine et de télésanté, et de fournir aux professionnels de la santé, aux représentants de l'industrie, aux décideurs politiques, aux chercheurs et aux scientifiques et de nouveaux concepts et idées en télémédecine, en télésanté et en santé électronique.

    MeHealth 2017 réunit les membres de la Société marocaine de télémédecine et de télésanté (MSfTeH), de la Société internationale de télémédecine et de télésanté (IsTeH) et un large éventail d'autres institutions et organisations locales et internationales impliquées dans le développement et la mise en œuvre de la télémédecine.

    La conférence MeHealth 2017 de Casablanca, la 22ème conférence internationale de l’ISfTeH veut présenter des expériences pratiques et des résultats de recherche dans le domaine de la télémédecine et des solutions eHealth, et fournir des opportunités aux prestataires de soins, des représentants de l'industrie, des décideurs, des chercheurs et des scientifiques de se rencontrer et discuter des projets en cours, de la recherche et des nouveaux concepts et idées en télémédecine, en télésanté et en santé mentale.

    L'utilisation des technologies de télémédecine et de télésanté représente une réelle opportunité d'améliorer la qualité de vie des patients et de réduire les coûts de santé. Cependant, il fait face à d'importants défis liés à la propriété des données et à la vie privée des patients, à l'engagement du professionnel de santé, à l'adhésion du patient, à l'intégration dans les soins courants, aux aspects financiers et de remboursement.

    Les conférenciers comprennent des intervenants de classe mondiale comme:

    • Prof. Francesco Sicurello
    • Dr. Najeeb Al Shorbaji
    • Peter J. Tonellato
    • M. Abdarrhman Anne
    • Dr. Zakiuddin Ahmed
    • Luis Falcon
    • Prof. Maurice Mars

    Les sessions parallèles couvrent les thématiques suivantes:

    • Santé numérique
    • Télémédecine en Afrique
    • GNU Santé
    • Information médicale
    • Bioinformatique
    Casablanca est également célèbre pour le film de 1942 portant le même nom et son célèbre Rick's Café. Alors que le café original était sur un plateau de tournage hollywoodien, un entrepreneur marocain a depuis créé le véritable Rick's Café à Casablanca. Le restaurant est logé dans un grand bâtiment traditionnel marocain construit en 1930. Nous vous invitons à le découvrir.



  • WHO’s telehealth view is optimistic – unpacking the 3rd Global Survey on eHealth

    French and English speaking African countries have long associations with telehealth. Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine (RAFT) Project involved Geneva University Hospital and Health On the Net Foundation in developing a network for eHealth in Africa. It started in 2000 and is now across four continents.

    Telehealth data from WHO Global Survey 2015 provided insights for Chapter 3 of the WHO and Global Observatory for eHealth (GOe) publication eHealth Report of the third global survey on eHealth Global diffusion of eHealth: Making universal health coverage achievable. The report deals with five telehealth types:

    1. Teleradiology
    2. Teledermatology
    3. Telepathology
    4. Telepsychiatry
    5. Remote patient monitoring.

    A country average was 3.7 telehealth programmes. At about 3.3, Africa had slightly fewer, about 90% of the global average. For the five telehealth types, Africa’s teleradiology in about two-thirds of countries has a score of some 60%, below the global rate of 75%. The other four types are below 45%, with telepsychiatry the lowest, about 20% of teleradiology’s rate.

    Telehealth evaluations are increasing in number. Criteria used to evaluate government-sponsored telehealth programmes were:

    Programme acceptance by providers
    73%
    Quality
    73%
    Access
    68%
    Programme acceptance by target groups
    64%
    Cost-effectiveness for providers
    55%
    Sustainability                    
    55%
    Health outcome
    50%
    Cost-effectiveness target groups
    46%

    Comprehensive evaluation using Cost-Benefit Analysis (CBA) could combine all these perspectives. It could also include efficiency and provide a direct link with telehealth financing. Global perspectives of barriers to telehealth investment may not match Africa’s, especially telehealth finance and infrastructure for connectivity:

    Importance        


    Very      
    Not
    Funding                
    <10%
    >70%
    Infrastructure  
    >10%
    >50%
    Priority                  
    <20%
    >40%
    Legal    
    >10%
    >40%
    Capacity
    >10%
    >40%
    Policy
    >20%
    <40%
    Cost-effectiveness
    >10%
    <40%
    Demand
    <20%    
    <40%
    Effectiveness
    >10%    
    <30%








    Since telehealth emerged on the scene, technology’s changed. The Internet and mHealth have created new and wider opportunities. Initiatives like Figure 1, described in an eHNA post, are changing its scope and range, and offer Africa’s health systems greater participation. 


  • Welcome Acfee Interns 2017

    This year four public health graduates join the Acfee team as interns. They all share a passion for improving African health and supporting the role of ICT innovations in bringing about the necessary transformations.

    Acfee welcomes:

    1. Tshiamo Mmotsa
    2. Hlobisile Vilakazi
    3. Ndzalama Shivambu
    4. Gontse Ramela.

    We wish you all the best for the year ahead and look forward to the contribution you will each make to advancing eHealth for Africans.

    Bonne chance pour votre travail important!


  • Strategies cybersante vont reussir en Afrique

    Avec la cybersanté en constante évolution avec de nouvelles initiatives telles que le nuage et de nombreux projets mHealth, comment les stratégies de cybersanté de l'Afrique maintenir? Peut-être de construire une stratégie qui intègre le cycle de cyberSanté où des changements dans la technologie et la santé les priorités changent le contenu et le contexte d'une première étape. De nouveaux services, comme le cloud computing et mHealth émerger et se développer, et de rendre les modèles précédents obsolètes. De nouveaux risques, comme les cyber-menaces, étendre, et de changer l'urgence et l'équilibre des priorités d'investissement. De nouvelles techniques, comme Big Data et d'analyse irruption sur la scène, offrant de nouvelles opportunités et de possibilités. Ces nouveaux horizons signifient que les stratégies de cybersanté et nécessité des investissements de mise à jour et de changer fréquemment.

    Les changements en matière de cybersanté sont reflétées dans la façon dont la cybersanté est défini, qui est notoirement difficile, avec aucun accord sur ce qui nous eHealth. Les systèmes de santé en Afrique peuvent définir pour correspondre à leurs propres priorités et défis. 

    Définition de l'OMS est un point de départ. Il est le transfert des ressources de santé et de soins de santé par des moyens électroniques, et englobe trois domaines principaux:

    • Livraison de l'information de santé pour les professionnels de la santé et des consommateurs de la santé par le biais de l'Internet et des télécommunications
    • Grâce à la puissance des TIC et le commerce électronique pour améliorer les services de santé publique, comme à travers l'éducation et la formation des travailleurs de la santé
    • Utilisation de pratiques de commerce électronique et e-business dans la gestion des systèmes de santé.

    Transmission de l'information de santé exige la capture d'informations aussi. Les trois thèmes impliquent des relations entre l'information, les TIC, les gens, le changement et les avantages. Ceux-ci mènent au changement organisationnel et des soins de santé re-engineering, avec un potentiel pour atteindre une transformation substantielle dans la manière de soins de santé dispensés et de la santé en charge.

    Partage de l'information rend ces changements possibles, mais ne suffit pas à garantir ses avantages. Les utilisateurs de cybersanté avoir à l'utiliser largement et à bon escient, et avec les nouvelles informations fournies par les nouveaux médias, et ils doivent modifier certaines de leurs pratiques cliniques et de travail aussi.

    Alors que les travailleurs de la santé peuvent utiliser la cybersanté pour améliorer leurs performances, et l'autonomisation des citoyens pour améliorer leur santé, il ne peut pas résoudre la pénurie de travailleurs de la santé en Afrique. D'autres stratégies sont nécessaires pour cela, et il est vital que les pays 'intégrer leurs stratégies et plans changeants de cybersanté et les travailleurs extension de santé.

  • Forum Africain dx l'eSante (FAeS): les defis en matiere de cybersante sont enormes

    Défis, est une belle façon de décrire les inhibiteurs, et obstacles au développement de la cybersanté en Afrique. Tellement, ils sont omniprésents et difficiles à être enrayer. Les ignorer ne va pas marcher, ils ne vont pas disparaître d’eux même, nous devons nous atteler à la tâche pour y faire face.

    Il y’a de différents types de cybersanté. Leur potentiel pour améliorer la santé et les soins de santé est considérable. La probabilité qu'ils le feront est problématique. Il est utile d'étaler un tableau des contributions avant de plonger dans les détails. Dans le cadre de ce contexte stratégique, le Centre africain pour l’excellence en cybersanté (Acfee) par une approche novatrice tente de trouver un bon ajustement aux priorités de santé en ligne.

    Le dialogue d’Acfee avec ses partenaires du Conseil consultatif et de l'industrie lors du Forum a identifié une vaste gamme de défis (plus de 60) de santé en ligne. Le rapport AEF faire progresser la cybersanté en Afrique donne plus de détails.

    Les défis Africains en matière de cybersanté sont le thème essentiel qui à émerger de ce Forum d’ici à fin 2015. L’ampleur et la portée dépassent les seules questins de la cybersanté, et il est essentiel d’aider les pays à identifier et corriger ces problématiques avant tout investissement dans le domaine. Les pays doivent se poser plusieurs questions, qui sont les suivantes : Quelles sont nos priorités relatives? Comment décidons-nous? Comment pouvons-nous les résoudre? Quand pouvons-nous les résoudre?

    L’image suivante montre comment les défis sont plus larges que les autres domaines en matière de cybersanté. C’est une illustration de l’échelle et de l'importance relative des interrelations qui existent.

    De nombreux participants ont été surpris par l'ampleur des défis identifiés en matière de cybersanté lors du Forum. Ils ont appréhendés les mesures pour y faire face dans leurs politiques de santé en ligne, les stratégies et les plans de mise en œuvre. Les pays doivent allouer des ressources pour mettre en place les facilitateurs (leaders, champions) de cybersanté pour les surmonter. Il y’a plusieurs façons de le faire, et ils tournent autour de l'intégration et de l’interopérabilité des outils, le tout sou le leadership des facilitateurs de cybersanté.

    Acfee, en intégrant les nouvelles informations sur la cybersanté, consigne dans son programme de de renforcement de la cybersanté en Afrique : des cours, des modèles de leadership, des services de renforcement de capacité des hommes, et des conseils sur mesure, qu’il va fournir pour les pays et les projets.

    Un exemple de l'échelle et des domaines d’application de la cybersanté se trouve dans le diagramme suivant :

    • Dans le schéma ci-dessus on a seulement la moitié des défis identifiés par le Forum. D'un autre schéma consigné dans le rapport du forum on retient la classification suivante des défis :
      • Stratégies
      • Capacité
      • Relations avec les fournisseurs
      • Durabilité
      • Performance de la cybersanté
      • Informatique de santé
      • Analyses de rentabilité
      • Réalisation des avantages
      • Réglementation et gouvernance
      • Approvisionnement
      • Formation médicale initiale et continue
      • Echelle du pays.

    Pour faire face à ce vaste éventail de défis de santé en ligne a besoin d'un ensemble d'étapes et de processus bien planifié. L’équipe de chercheurs et d’évaluateurs d’Acfee, spécialistes en cybersanté fournissent quelques suggestions à ce propos en préconisant des mesures.

    Certains succès en matière de cybersanté ont montré que les défis peuvent être relevés dans les projets de cybersanté. Le succès exige que la séquence soit réaliste et correct, que les mesures pour y faire face, sont efficaces, et que le leadership est du bon type pour réussir.

    Ces mesures sont:

    1. Identifier les défis en matière de cybersanté spécifiques dans les stratégies de cybersanté et de santé
    2. Élaborer des plans d'atténuation des risques afin de suivre leur impact et leur signification
    3. Sélectionnez les défis pertinents pour chaque projet dans la stratégie de cybersanté
    4. Sélectionnez la séquence nécessaire pour maximiser les avantages de succès de la cybersanté
    5. Concevoir les mesures nécessaires pour faire face efficacement
    6. Allouer des ressources nécessaires pour les mettre en œuvre les projets de cybersanté.

    Dans le cadre de l'évaluation des risques et d'atténuation des difficultés, il est essentiel que les pays et les fournisseurs soient clairs sur les défis qu’ils adressent. Ils en ont besoin pour le succès et pour maximiser les avantages au bénéfice des programmes ou projets de cybersanté.

    -------------------

    See article in english. 

  • AeF: eHealth challenges are massive

    Challenges, is a nice way of describing inhibitors, and eHealth’s full of them. In Africa, they’re pervasive and hard to remove. Ignoring them doesn’t work. They won’t go away.

    There are many different types of eHealth. The potential to improve health and healthcare is considerable. The probability they will is problematic. It’s helpful to spread out an array of contributions before delving into the details. This strategic context is the African Centre for eHealth Excellence’s (Acfee) approach to finding a good fit to eHealth priorities.

    Acfee’s dialogue with its Advisory Board and industry partners at the African eHealth Forum (AeF) identified an enormous range of eHealth challenges, more than 60 of them. The AeF report Advancing eHealth in Africa sets out more details.

    Africa’s eHealth challenges are the critical theme to emerge from the 2015 Forum. Its scale and scope exceed eHealth’s other facets, and it’s essential that countries identify and fix these alongside and before eHealth investment. Countries need to ask several questions. What are our relative priorities? How do we decide? How do we fix them? When do we fix them? 

    A simple picture shows how the challenges are broader than other eHealth topics. It’s an illustrative measure of their relative scale and importance.

     

    Many participants were surprised at the scale of the eHealth challenges identified in the Forum. They include measures to deal with them in their eHealth policies, strategies and implementation plans. Countries need to allocate resources to put in place the eHealth enablers to overcome them. There are several ways to do this, and they revolve around integrating and timing eHealth enablers and eHealth applications.

    Acfee’s incorporating the new information on eHealth challenges into its eHealth curriculum and courses, eHealth leadership models and human eHealth capacity services, and preparing bespoke advice to countries and projects to provide them.

    An example of the scale is in the diagram.

     

    It’s only about half the number of challenges identified by the Forum. Another diagram’s in the AeF report along with a classification of:

    • Strategies
    • Capacity
    • Relationships with suppliers             
    • Sustainability
    • eHealth performance
    • Health informatics
    • Business cases
    • Benefits realisation
    • Regulation and governance
    • Procurement
    • Medical education
    • Country scale.

    Dealing with this extensive range of eHealth challenges needs a set of steps. Acfee’s earlier research and evaluations of eHealth provides some suggestions. Successful eHealth has shown that the challenges can be addressed in sequence alongside eHealth projects. Success requires that the sequence is right, the measures to deal with them are effective, and that eHealth leadership is of the right type to succeed. Steps are:

    1. Identify specific eHealth challenges in eHealth strategy
    2. Develop risk mitigation plans to track their impact and significance
    3. Select the challenges relevant for each eHealth project in the strategy
    4. Select the sequence needed for maximised benefits from successful eHealth
    5. Design the measures needed to deal with effectively
    6. Allocate resources to them
    7. Implement them alongside the eHealth project.

    As part of the risk assessment and mitigation, it’s essential that countries and suppliers are clear about the challenges that need fixing for success and maximised benefits. While countries are often clear about the eHealth challenges face, it’s vital the vendors are too.

     

  • AeF: eHealth contributions are wide-ranging

    There are many different types of eHealth. The potential to improve health and healthcare is considerable. The probability they will is problematic. It’s helpful to spread out an array of contributions before delving into the details. This strategic context is the African Centre for eHealth Excellence (Acfee) approach to finding a good fit to eHealth priorities.

    Acfee’s dialogue with its Advisory Board and industry partners at the African eHealth Forum (AeF) identified eHealth contributions. The AeF report Advancing eHealth in Africa sets out more details. You can access the report from the left tab on eHNA Home page.

    Investing in eHealth needs links to health and healthcare. It should seek to identify the impact of various types of eHealth in integrating and co-ordinating health and healthcare information for patients, carers, communities, health workers, managers and policy-makers. A diagrammatic summary from the AeF report shows the range of contributions.

    A starting point can be adopting appropriate themes from the following range of eHealth contributions with the aim to make eHealth a pillar of health system strengthening:

    • Have an overarching goal to provide personalised and responsive healthcare for all
    • Provide real-time and better quality data patients, families, carers, communities and health workers
    • Share data between health workers and health and healthcare organisations
    • Improve diagnostic abilities in primary health care
    • Provide access to patient records for authorised patients and health workers
    • Quantifying impact adequately, both in business cases and monitoring and evaluation
    • Improve and expand surveillance
    • Provide attendance reminders
    • Support patients, carers, individual health workers and developing virtual healthcare teams
    • Save health workers’ and patients’ and families’ time
    • eLearning for professional training to minimise skills shortage
    • Reduce technical barriers
    • Rationalise routines, such as reporting and follow up
    • Telemedicine for countries that lack specialists and have to refer patients to other countries, such as small countries and small island states
    • Support health information research
    • Develop and improve consistent referral systems and coordination.

    Fitting each of these to a countrys health and healthcare priorities requires a complex assessment model. Their impacts can change over time. A good example’s providing information for research. The short term benefits may be nil, but the long-term ones could be considerable. The case for specific types of research may justify it being pursued.

    The potential of some may be enormous, the probability after adjustment for risks may be modest. African countries need to assess factors like these rigorously before embarking headlong on an investment track. Headlong and investment are two words that are best not used together for eHealth investment.

  • Réunion du premier Forum africain de l'eSanté au Cap

    Ce jour marque le début du premier Forum africain de l’eSanté (AeF, African eHealth Forum). Il rassemble le Comité consultatif ainsi que les partenaires internationaux du Centre africain pour l’excellence en eSanté (Acfee). Le Comité fournira des directives à l’équipe Acfee qui donneront forme à ses plans d’action pour l’année prochaine. Il fournira également une partie du contenu du rapport annuel de l’AeF. Les thèmes de l’eSAnté pouvant être des priorités pour les pays africains pourraient inclure :

    • Comment développer les capacités humaines, les compétences et les connaissances nécessaires à l’eSanté
    • Comment travailler efficacement avec les prestataires et fournisseurs d’eSanté
    • Comment développer une stratégie diversifiée, pratique, et la déployer
    • Comment encourager, stimuler et déployer les innovations locales en mSanté
    • Comment gérer les problèmes de longue date relatifs à l’accessibilité, la connectivité, l’architecture et les normes
    • Comment choisir une eSanté proposant un bon rapport qualité-prix
    • Comment développer un leadership en eSanté.

    De nombreux autres thèmes seront également abordés. Le rapport de l’AeF destiné au grand public devrait être diffusé pendant la première semaine du mois d’août. Dans le même temps, les membres du Comité et leurs partenaires recevront un rapport plus détaillé et sur mesure, qui leur est réservé.

  • First African eHealth Forum meets in Cape Town

    Today sees the start of the first African eHealth Forum (AeF). It brings together the Advisory Board and some of the global partners of the African Centre for eHealth Excellence (Acfee). The Board will provide guidance for the Acfee team that will shape its action plans for the next year. It’ll also provide some of the content for the AeF annual report. eHealth themes that could be priorities for African countries could include how to:

    • Develop human capacity, skills and knowledge needed for eHealth
    • Work effectively with eHealth vendors and suppliers
    • Construct a diverse, practical, rolling eHealth strategy
    • Encourage, stimulate and roll out local mHealth innovation
    • Deal with the long-standing issues of affordability, connectivity, architecture and standards
    • Choose eHealth that offers good value for money
    • Develop eHealth leadership.

    There’ll be many other themes too. The AeF report for the public domain is expected during the first week of August. At the same time, the Board members and partners will receive a wider, bespoke report for their own use.

  • Does WHO need better surveillance data?

    In January this year, WHO set up an independent Ebola Interim Assessment Panel. Four important themes in its extensive report are relevant for eHealth.

    1. The Ebola outbreak started in 2013, but a Public Health Emergency of International Concern (PHEIC) under the International Health Regulations 2005 was not declared until 8 August 2014
    2. There are disincentives for countries to report outbreaks quickly and transparently
    3. The outbreak was particularly challenging because of the characteristics of the virus, and healthcare systems and public health infrastructure in affected countries were extremely fragile, suffering from structural weaknesses, inadequate surveillance and few laboratories
    4. Messaging needs to be continuously refined so as to be responsive to the changing epidemiological situation.

    These are all activities where eHealth can help. Does the report change the eHealth priorities for Africa, some African countries? The report emphasises how WHO can be changed to be more effective, there’s also an onus on countries to improve their information and communication. Investment in mHealth, surveillance, primary care, diagnostics and general eHealth skills could help.

    The head of the panel was Dame Barbara Stocking. She was the chief executive of Oxfam, a leading aid charity. She was also a senior manager in England’s NHS.

    ------------------------------

    Image from Vox